Antitartres électroniques modèles domestiques

Antitartres électroniques - Modèles domestiques

Anti-tartre COMAP 5105 - anciennement RIMEAU 3 - vue de 3 côtés

L'eau dure

Captée à une source, tirée d'un puits, prélevée dans une rivière ou dans un lac, une eau naturelle aura toujours traversé au préalable l'atmosphère, puis ruisselé sur le sol, se sera infiltrée à travers la terre végétale et diverses couches géologiques.

D'autre part, l'eau possède une propriété remarquable : son pouvoir dissolvant incomparable qui lui permet de s'enrichir en substances minérales ou organiques, en oxygène ou en gaz carbonique. Aussi, lors de son trajet jusqu'au point de consommation, l'eau aura dissous du calcaire et du gaz carbonique et se sera chargée ainsi en ions calcium (Ca++), magnésium (Mg++) et en hydrogénocarbonates (HCO-). Différents éléments chimiques, s'assembleront, en particulier sous l'effet de la chaleur, pour former des carbonates de calcium et de magnésium, appelés communément "tartre".

Le titre hydrométrique (TH) exprime la dureté d'une eau et représente la somme des ions de calcium et de magnésium. Cette "dureté", exprimée en degrés français (°dF) peut être mesurée à l'aide de la mesure de degré "TH".

1°F représente 4 mg de calcium (Ca++) ou 2,43 mg de magnésium (Mg++) par litre d'eau. Plus le °dF est élevé, plus l'eau est "dure".

Les méfaits du tartre

La précipitation des ions dissous dans l'eau est essentiellement conditionnée par la température, la teneur de l'eau en calcium et magnésium (dureté) et certains autres paramètres de l'analyse physico-chimique (ex. pH). Lorsque cette précipitation conduit à la formation de dépôts durs et adhérents, ces derniers sont appelés tartres. On réserve généralement le terme encrassement à la formation de dépôts mous et labiles n'ayant pas pour origine essentielle une précipitation cristalline. Le carbonate de calcium est le tartre le plus fréquemment rencontré ; il est formé à partir des ions calcium et des ions hydrogénocarbonates. La très faible limite de solubilité du carbonate de calcium place le phénomène d'entartrage au premier rang de nos préoccupations.

Les précipités de carbonate de calcium sont thermiquement isolants et adhèrent aux parois :

  • pertes de rendement à la transmission de chaleur, d'où augmentation de la consommation d'énergie des circuits de chauffage de l'eau;
  • élévation de la température de service des appareils de chauffage et risques de destruction des éléments de chauffage par surchauffe:
  • diminution des sections créant des pertes de charge, voire des obstructions totales des conduites:
  • mauvais fonctionnement voire blocage des organes hydrauliques : robinets, purges...
  • les dépôts de tartre favorisent le développement de biofilms;
  • dépôts adhérents sur les surfaces en contact avec l'eau à l'air atmosphérique.

L'antitartre

Les appareils antitartres électroniques (procédé breveté) appliquent un champ électrique impulsionnel et alternatif aux charges électriques naturelles des ions calcium (Ca++) et hydrogénocarbonates (H2CO3-) qui sont dissous dans l'eau.

L'action de ce champ électrique provoque une agitation ionique (loi de COULOMB). Cette agitation déplace l'équilibre calco-carbonique vers la formation de nanocristaux de carbonate de calcium (CaCO3).

2 HCO3- + Ca++ CaCO3 + H2O + CO2

Ces nano-cristaux restent en suspension dans le flux d'eau et se comportent en points privilégiés de cristallisation, en fixant des ions calcium qui n'auraient pas été transformés. L'entartrage est ainsi neutralisé sans que le calcium n'ait été enlevé de l'eau. Les nano-cristaux seront évacués lors de soutirages d'eau de consommation.

Avantages

  • Protection efficace des installations contre l'entartrage.
  • Procédé physique laissant tous les minéreaux et oligo-éléments à l'eau.
  • Préservation de la potabilité de l'eau et de son équilibre calco-carbonique.
  • Présence de tâches blanchâtres poudreuses non incrustantes (calcium) lors de l'évaporation de l'eau à l'air libre, mais essuyables sans abrasion ni produits.
  • Pas de consommation d'eau ni de sel et consommation électrique faible.
  • Pas d'entretien.

Caractéristiques techniques

Anti-tartre COMAP 5105 - anciennement RIMEAU 3 - vue de 3 côtés

 

  • Anti-tartre par champs électriques (breveté) avec 2 puissances de traitement.
  • Alimentation électrique : 230 V ~ 50-60 Hz /50 VA maxi.
  • Consommation : 7 kWh par mois.
  • Degré de protection : IP 31.
  • Conformité CE.
  • CSTB Atex N°575-05/1995.
  • GS TÜV Nord
  • Fusible : T63 mA (5 x 20).
  • Pression de service : 0 à 4 bar.
  • Température de l'eau :
  • 5 à 20°C (modèles 5105)
  • 5 à 70°C (modèles 5105EC).
  • Débit de l'eau traitée : 3 m3/h maxi.
  • Qualité de l'eau : jusqu'à 60°F ou 30°dH.
  • Entrée/sortie par mamelons en laiton mâles 1/2'', 3/4" ou 1" (selon le modèle)

Paramètres limites d'utilisation

Pour une efficacité optimale du procédé, l'un des éléments suivants de l'eau ne doit pas dépasser les valeurs ci-dessous :

  • Fer : 0,5 mg/l
  • Chlorures : 100 mg/l
  • Phosphates : 5 mg/l
  • Sulfates : 100 mg/l
  • Dureté totale : 60 ° dF

Modèles

  • Modèles pour eau froide (température ambiante).
Modèles Diamètre Débit
515001 1/2" 0 à 1 m3/h

51500

3/4'' 0 à 3

5105005

1'' 0 à 3

 

  • Modèles pour boucles d'eau chaude sanitaire.
Modèles Diamètre Débit

515901

1/2''

0 à 1

510506 3/4''

0 à 3

510501 1''

0 à 3

Dimensions

Les raccords filetés sont de 1/2'' (15/21 mm), 3/4'' (20/27 mm) ou 1'' (26/34 mm), selon le modèle.

Anti-tartre COMAP 5105 - anciennement RIMEAU 3 - vue de 3 côtés

 

Autres informations

 

dlk_homeadress

ozone.ch Suisse
Chemin des Aulnes 1
CH-2400 Le Locle

Tél : +41 (0)32.841.77.55
Fax : +41 (0)32.841.77.57

info@ozone.ch

dlk_usine

ozone.ch France
1 rue de l'Hermitage
F-74100 Ambilly

Tél : +33 (0)4.81.91.62.13
Fax : +33 (0)4.81.91.62.14

info@ozone.ch

horaires d'ouverture:
lundi-vendredi
8.00 - 17.30 heures